Au pied du Cervin en raquettes

Des collines de sucre glace que dore la chaleur scintillante du soleil et, au milieu, un Toblerone: la recette fonctionne à merveille. À la fois spectaculaire par la beauté de son panorama et super accessible, cette promenade enneigée plaira aux randonneureuses de tout niveau.

Si tu aimes les jolis itinéraires en train, je te conseille déjà de (re)lire cet article, et ensuite de t’aventurer dans la Matterthal qui relie Viège à Zermatt. Lorsque quelqu’un qui n’a jamais visité la Suisse tente de se représenter ses paysages, je pense que son imagination se nourrit d’ingrédients puisés dans cette vallée sauvage. Le petit train rouge serpente dans une véritable carte postale helvétique, entre les versants enneigés piqués de forêts de sapins. Il longe les flots tumultueux de la Matter Vispa, entravés dans leur course par de gros cailloux coiffés d’un chapeau de neige, pour atteindre finalement Zermatt. Dans les rues de la petite ville, interdites aux voitures, on hume le charme cossu caractéristique des jolies stations alpines.

La randonnée en raquette que je te propose aujourd’hui offre une vue imprenable sur le Cervin. Il débute dans le joli train du Gornergrat. Après quelques minutes seulement, le convoi surplombe Zermatt et ses fenêtres donnent sur le sommet le plus emblématique du pays. C’est le premier janvier, le soleil brille à en faire pleurer la neige et la foule ne s’est pas encore éveillée des festivités de la veille.

SuisseMobile me conseille de monter jusqu’à Rotenboden et de faire ensuite la randonnée panoramique qui descend et rejoint Riffelberg. C’est la version facile et parfaite pour une sortie tranquille mais, si tu veux plus de challenge, tu peux évidemment inverser les points de départ et d’arrivée.

À Rotenboden, je sors du train en même temps que deux jeunes skieuses qui s’élancent aussitôt sur la piste, me laissant seule dans cette immensité blanche. Je repère les panneaux roses qui indiquent le sentier à suivre – il est difficile de s’y perdre. La promenade commence sur une trace étroite avant de rejoindre la piste damée, non loin de celle réservée aux skieurs et skieuses. La neige crisse sous mes raquettes, le soleil chauffe mon visage et, devant moi, le Cervin reste toujours en vue. Le caillou colossal veille sur son prodigieux décor.

À partir de la moitié du parcours, on profite d’un coup d’œil plongeant sur la vallée et les centaines de chalets minuscules parsemés sur ses versants. Deux ou trois lacets, quelques enjambées et nous voici près de la chapelle «Bruder Klaus» de Riffelberg. Le petit édifice religieux avec vue sur le Cervin est étonnamment moderne.

D’ici, il me reste à traverser les pistes de ski pour rejoindre l’arrivée. Une pause sur la terrasse du restaurant de Riffelberg me permet de profiter encore de la vue sur les sommets environnants et de la caresse du soleil avant de remonter dans le train pour Zermatt.


Informations utiles

❄ Itinéraire: Rotenboden – Riffelberg (ou l’inverse pour une version plus sportive)
❄ Durée: 1 heure
❄ Difficulté: Facile

Retrouve l’itinéraire détaillé sur SuisseMobile.

2 commentaires sur « Au pied du Cervin en raquettes »

  1. Merci pour ce magnifique reportage et les photos sublimes
    Ça donne envie
    Que la Suisse est belle
    On le sait déjà, mais ça le confirme encore davantage
    Merci Camille

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s