Un joyau dans la montagne

On connaît mieux son homonyme bernois, considéré comme LE Lac Bleu et situé près de Kandersteg. Mais la version valaisanne – un peu moins célèbre, un peu plus sauvage – séduira forcément celles et ceux qui poseront les yeux sur sa surface cristalline.

L’excursion débute au lieu-dit La Gouille, entre Évolène et Arolla. Le thème est définitivement posé: ce sera aquatique – en tout cas jusqu’à ce que la bière prenne le relai, une fois de retour au point de départ. Ce dernier se rejoint aisément en car postal depuis la vallée ou en voiture (il y a un parking gratuit).

Nous nous trouvons dans le Val d’Hérens, au-dessus de Sion. J’avais souvent croisé le décor féerique du lac bleu d’Arolla sur Instagram. Le spot reste assez connu et présente le bénéfice de combiner la beauté d’un lac de montagne à une certaine accessibilité. Pas de longue et pénible randonnée pour s’y rendre, juste une courte montée.

Nous sommes en plein été et en pleine canicule. Deux indices qui laissent deviner que la foule devrait se masser sur les rives du lac, à la recherche de la fraîcheur qu’offrent l’altitude et les eaux glaciaires. L’astuce est toujours la même: se lever tôt! Le départ se fait donc juste après 8h alors que le parking est encore désert. Le sentier est bien indiqué; il grimpe entre les quelques chalets qui forment le hameau de La Gouille avant de s’enfoncer dans un décor de jungle tropicale.

Au-dessus de la cime des arbres, le soleil émerge enfin des sommets. Il réchauffe les prairies pour le plus grand bonheur des insectes qui bourdonnent, stridulent et grésillonnent. On atteint très vite les quelques maisons abandonnées qui forment un minuscule village envahi par la végétation. La petite buvette est encore fermée, mais de toute façon le lac nous appelle.

Je m’étais demandé dans un précédent article si la rigueur de l’effort est proportionnelle à l’émotion de toucher au but. Peut-être que non. Ou peut-être que j’avais oublié qu’une quantité d’autres facteurs entrent en ligne de compte, mais ce n’est pas le moment d’en débattre. Après moins de 45 minutes de montée, l’heure est à la contemplation.

La lumière est sublime et le décor magique. La surface turquoise et impassible du lac reflète les montagnes. On en fait le tour en quelques enjambées, profitant de la solitude de ce matin d’été.


Informations utiles

💧 Accès: depuis La Gouille (arrêt de bus ou parking gratuit)
💧 Durée: environ 40 minutes de montée, retour par le même chemin
💧 Niveau: facile, probablement un peu glissant sur le début de la montée s’il a plu



ENCORE PLUS DE JOLIS LACS ALPINS?

Fées et légendes dans le Val de Travers

Il y a plein de raisons pour lesquelles choisir une randonnée plutôt qu’une autre: la durée, la longueur, l’accessibilité (en TP, par exemple), la beauté du paysage, la recommandation d’un·e ami·e, un lac ou une attraction intéressante sur le chemin… Pour cette sortie, nous nous sommes uniquement laissé séduire par le nom de l’objectif: le Chapeau de Napoléon.

Lire la suite de « Fées et légendes dans le Val de Travers »

En équilibre au-dessus du lac de Brienz

Depuis Interlaken, quelques heures de marche permettent d’atteindre le sommet de l’Augstmatthorn. Est-ce que j’ai eu peur plus d’une fois pendant cette randonnée? C’est possible. Est-ce que la vue sublime qui couronne l’ascension en valait largement la peine? Absolument.

Lire la suite de « En équilibre au-dessus du lac de Brienz »

Mission fraîcheur dans les gorges de l’Areuse

Des sentiers étroits et sinueux, des herbes folles, de larges blocs de pierre couverts de mousse, des arbres coiffés de lianes indomptables, des cascades jaillissantes et des torrents bouillonnants. Bienvenue dans la jungle neuchâteloise.

Lire la suite de « Mission fraîcheur dans les gorges de l’Areuse »

Randonnée avec vue sur le lac des Quatre-Cantons

En Suisse centrale, le Rigi surplombe le lac des Quatre-Cantons. À cheval entre les cantons de Lucerne et de Schwyz, il offre plusieurs jolies options de promenade quelle que soit la saison. Une destination parfaite pour une journée d’hiver étonnamment printanière.

Le week-end passé, j’avais le temps et l’envie de partir quelque-part en Suisse et j’ai choisi Weggis. Ou plutôt, Weggis m’a choisie; j’ai laissé booking me trouver un hôtel au meilleur prix, n’importe où en Suisse. Lorsque je suis tombée sur la photo de la chambre avec vue sur le lac, je n’ai pas hésité longtemps avant de réserver.

Lire la suite de « Randonnée avec vue sur le lac des Quatre-Cantons »

Randonnée hivernale jusqu’au Seealpsee

J’ai l’impression qu’on parle trop peu de la région d’Appenzell, notamment parce qu’elle se trouve environ au bout du monde. Mais ces derniers jours, j’avais envie de voir autre chose. Le choix n’a pas été difficile puisque le décor magique du Seealpsee me faisait de l’œil depuis longtemps. Je pensais y aller plutôt en été, mais finalement pourquoi attendre?

Lire la suite de « Randonnée hivernale jusqu’au Seealpsee »

Les marmites glaciaires de l’Alp Mora

L’automne peine à imposer ses couleurs à un mois d’octobre encore trop chaud. Ce n’est donc pas trop tard pour te partager la suite de mon périple estival aux Grisons. Cette randonnée plutôt exigeante m’a emmenée à la découverte d’une fascinante curiosité géologique.

Lire la suite de « Les marmites glaciaires de l’Alp Mora »

Flims et les lacs sauvages des Grisons

Tu connais mon credo: «Pas besoin de partir au bout du monde pour être émerveillé». De ma fenêtre sur la Broye vaudoise, les Grisons ont justement un goût de bout du monde. Et pourtant… J’ai sauté dans le train un soir après le travail et je suis arrivée à Coire en moins de 2h30, pour une parenthèse en pleine nature plus que convaincante.

Lire la suite de « Flims et les lacs sauvages des Grisons »

Le long des bisses de Nendaz

À Nendaz, sur les versants ensoleillés de la vallée du Rhône, les amateurs de randonnée sont servis; la station valaisanne offre plus de 250 kilomètres de sentiers. Mon obsession pour l’eau m’a évidemment conduite à la découverte des fameux bisses par une très jolie promenade.

Lire la suite de « Le long des bisses de Nendaz »

Au Mont Saint-Michel, où le temps s’arrête

C’est peut-être l’un des panoramas les plus mythiques de France, voire d’Europe. Une immense étendue, plate et silencieuse, de laquelle émerge une forteresse de pierre froide, cernée par les flots de l’Atlantique. Puis la marée se retire, dessinant des sillons indécis dans le sable lourd. Bienvenue au Mont Saint-Michel.

Lire la suite de « Au Mont Saint-Michel, où le temps s’arrête »