Dans la vallée des cascades

Avec sa vertigineuse cascade, Lauterbrunnen peint l’un des plus célèbres paysages de Suisse. Tu as forcément déjà vu des dizaines de représentations de la photo qui ouvre cet article. Pourtant, rien ne peut estomper la magie de découvrir un endroit pareil de ses propres yeux. Surtout après plus de deux mois sans sorties et en excellente compagnie.

Celle que l’on appelle la vallée des 72 cascades marie à merveille les ingrédients typiques d’une carte postale suisse: le tapis d’herbes fleuries parsemé de chalets, les sapins par milliers, les parois rocheuses abruptes qui montent jusqu’au ciel bleu et, en fond, la montagne saupoudrée de neiges éternelles (à savoir que cette éternité se situe vers 2050, sans vouloir être rabat-joie).

Quel plaisir de repartir à la découverte de la Suisse. Ce printemps spécialement ensoleillé n’a cessé d’éveiller des envies de randonnées et cette première «resortie» avait de quoi séduire. La profonde vallée de Lauterbrunnen a quelque-chose de magique. Elle aurait d’ailleurs inspiré Tolkien pour imaginer Fondcombe, la vallée des Elfes, ainsi que Goethe pour son poème «Chant des esprits au-dessus des eaux». J’aime ces paysages qui te font te sentir minuscule. Face à ces montagnes millénaires, on n’a d’autre réponse que l’humilité.

Dans le petit village de Lauterbrunnen, les touristes sont déjà de retour. Nous nous mêlons à leur flot, traversons la rue principale et rejoignons le parfait point de vue pour profiter de la vue sur la cascade la plus célèbre de la région.

La cascade du Staubbach est l’une des plus hautes de Suisse. Son nom signifie littéralement «ruisseau de poussière», en référence à l’explosion des milliards de minuscules gouttelettes d’eau qui s’éparpillent pendant leur vertigineuse chute.

Après avoir admiré cet incroyable décor, notre petite troupe se met en route pour la randonnée en direction de Wengen menée par Popy, le roi de la forêt. Notre pote à quatre pattes est au moins autant heureux que nous de cette excursion en pleine nature. La marche jusqu’à Wengen n’est pas longue mais bien escarpée. Le sentier tout en lacets nous fait grimper rapidement au-dessus de Lauterbrunnen.

Entre les arbres, la vue sur la cascade et la vallée accompagne notre ascension et impose quelques pauses bienvenues – regarder la vue, reprendre son souffle, s’émerveiller, photographier, vérifier si l’arrivée est proche, reprendre son souffle, et c’est reparti.

D’ici, on voit où Tolkien a puisé son inspiration ⭐

Après une heure et demie de marche, le petit village de Wengen pointe déjà le bout de ses chalets boisés. Nous décidons de nous perdre encore un peu dans les vastes prairies d’alpage et d’aller à la rencontre du train qui relie Wengen au reste du monde.

Décidément, la descente (ou même le plat) n’est pas encore au programme. Notre objectif est la jolie église pointue qui surplombe le village, parfait spot pour un pique-nique bien mérité. Dans les rues sans voitures de Wengen, les jardins débordent de fleurs et de plantes. Le printemps a bien fait son travail; les insectes bourdonnent de plaisir et la nature se peint de couleurs éclatantes.

Pour la descente, nous empruntons le même chemin abrupt jusqu’au creux de la vallée. Les genoux fatigués peuvent aussi opter pour le joli train vert qui ramène directement à la gare de Lauterbrunnen en à peine vingt minutes.

Informations utiles

Randonnée

  • Durée: 1h30 pour monter jusqu’à Wengen, environ 45 minutes pour redescendre
  • Dénivelé: +480m pour la montée
  • Départ: gare de Lauterbrunnen
  • Traverser le village en direction de la cascade (contre le Sud) puis prendre à gauche juste après le restaurant Schützen. Suivre le petit sentier pour avoir le magnifique point de vue sur l’église et la célèbre cascade du Staubbach. Descendre jusqu’au musée de la vallée (Talmuseum) puis suivre les panneaux jaunes de randonnée direction Wengen.
  • Plus d’infos sur la randonnée

Qu’est-ce qu’on boit?

C’est quand même le principe de la «Rando-binch»! Si on n’a pas la chance de déguster la bière artisanale savamment brassée par le copain de Vannie, on se rabat sur une Rugenbräu made in Oberland bernois.

Merci à la dream team

🌻 Fabrice (pour voir la même randonnée à travers l’objectif d’un pro)
🌻 Vannie
🌻 Popy

L’ardeur fragile

Le monde rouvre. Les vadrouilles reprendront doucement d’ici très peu de temps; de timides excursions d’abord, pas trop loin, pas trop longtemps. Mais tu t’en doutes, ce n’est pas une raison pour cesser d’arpenter les environs. Il y a justement un magnifique champ fleuri tout près de chez moi.

Lire la suite de « L’ardeur fragile »

Randonnée avec vue sur le lac des Quatre-Cantons

En Suisse centrale, le Rigi surplombe le lac des Quatre-Cantons. À cheval entre les cantons de Lucerne et de Schwyz, il offre plusieurs jolies options de promenade quelle que soit la saison. Une destination parfaite pour une journée d’hiver étonnamment printanière.

Lire la suite de « Randonnée avec vue sur le lac des Quatre-Cantons »

Randonnée hivernale jusqu’au Seealpsee

J’ai l’impression qu’on parle trop peu de la région d’Appenzell, notamment parce qu’elle se trouve environ au bout du monde. Mais ces derniers jours, j’avais envie de voir autre chose. Le choix n’a pas été difficile puisque le décor magique du Seealpsee me faisait de l’œil depuis longtemps. Je pensais y aller plutôt en été, mais finalement pourquoi attendre?

Lire la suite de « Randonnée hivernale jusqu’au Seealpsee »

À vélo électrique dans le Parc Jura vaudois

Au nord du canton de Vaud, accolé à la frontière française, se situe une vaste zone géographique réunie sous le nom de Parc Jura vaudois. J’ai eu dernièrement l’opportunité de m’y promener en e-bike pendant deux jours. Une jolie expédition entrecoupée de rencontres enrichissantes et de visites à base de terroir, de nature et de traditions.

Lire la suite de « À vélo électrique dans le Parc Jura vaudois »

Les marmites glaciaires de l’Alp Mora

L’automne peine à imposer ses couleurs à un mois d’octobre encore trop chaud. Ce n’est donc pas trop tard pour te partager la suite de mon périple estival aux Grisons. Cette randonnée plutôt exigeante m’a emmenée à la découverte d’une fascinante curiosité géologique.

Lire la suite de « Les marmites glaciaires de l’Alp Mora »

Flims et les lacs sauvages des Grisons

Tu connais mon credo: «Pas besoin de partir au bout du monde pour être émerveillé». De ma fenêtre sur la Broye vaudoise, les Grisons ont justement un goût de bout du monde. Et pourtant… J’ai sauté dans le train un soir après le travail et je suis arrivée à Coire en moins de 2h30, pour une parenthèse en pleine nature plus que convaincante.

Lire la suite de « Flims et les lacs sauvages des Grisons »

Le long des bisses de Nendaz

À Nendaz, sur les versants ensoleillés de la vallée du Rhône, les amateurs de randonnée sont servis; la station valaisanne offre plus de 250 kilomètres de sentiers. Mon obsession pour l’eau m’a évidemment conduite à la découverte des fameux bisses par une très jolie promenade.

Lire la suite de « Le long des bisses de Nendaz »

Les cascades secrètes de la Broye

Qui savait qu’au cœur de la Suisse romande, là ou file la frontière entre les cantons de Vaud et de Fribourg, une merveilleuse cascade plonge dans un sublime décor verdoyant? Dépaysement assuré, aux chutes de Chavanette. Lire la suite de « Les cascades secrètes de la Broye »

Dans les gorges de Covatannaz

Dans le canton de Vaud, les beaux itinéraires ne se limitent pas aux rives du Léman. Plus au Nord, on parcourt les environs de nos trois lacs entre sentiers enchanteurs, randonnées sauvages et promenades panoramiques. Direction Sainte-Croix pour une plongée au cœur de la nature. Lire la suite de « Dans les gorges de Covatannaz »